Abonne-toi à la newsletter de Maîtresse Gladys

newsletter - abonnement - maîtresse - Gladys

Je ne suis pas du genre à justifier un ordre. Cependant une fois n’est pas coutume, il convient que je t’explique pourquoi tu dois t’abonner à ma newsletter. Ce post est aussi l’occasion, après quelque temps d’absence sur mon blog, de reprendre la plume et de te la planter dans le fessier tel un encrier.

Reprenons du début. Il y a encore quelques semaines, je ricanais de mon rire sardonique en postant pensées perverses et articles bien ficelés (comme toi) sur mon compte Twitter. Je m’y gaussais de ta condition de soumis, les likes et les nouveaux abonnés alimentaient alors mon égo assoiffé. Quand tout d’un coup, un beau matin, les foudres conservatrices yankees ont sévi. Le drôle d’oiseau m’alerte: « Votre compte est suspendu ». La plateforme ne se justifie que très vaguement. Ma photo de profil serait trop explicite, pourtant j’y suis habillée. Par déduction, je finis par comprendre ce qui la dérange : les godes de différentes tailles disposés en arrière-plan. Pour la faire courte, je suis victime d’un nouveau règlement de Twitter et je n’avais pas vu passer ce durcissement. Nous sommes si mal informés de nos jours !!! J’ai fait appel et j’ai laissé filer quelques semaines, me disant que la colère de l’ascète Jack Dorsey s’apaiserait. Le fondateur du réseau social s’est toujours positionné comme un punk, après tout il devrait se remettre de quelques plugs exposés en guise de déco, bien moins osés que certaines installations du Palais du Tokyo. Mais non, visiblement le milliardaire de la Silicon Valley a abusé des graines de courge, de la méditation et des saunas infrarouges, son cerveau s’est nécrosé et le voilà en train de rejoindre le club des arrière-trains puritains comme Facebook et sa tête à claque de Zuckerberg.

Il faut se rendre à la terrible évidence : le compte de Maîtresse Gladys est suspendu à tout jamais. Très vite, j’ai reçu des messages de soumis affolés, déboussolés : « Maîtresse, vos posts ont disparu. Que se passe-t-il ? Où êtes-vous ? Est-ce que vous êtes saine et sauve ? » Je peux donc constater que mes trous de balle sont accros à mes bons mots. Face à ce sevrage brutal, je me devais de réagir.

Rouvrir un compte Twitter ? Ou me lancer sur Instagram ? Non, il n’est plus question pour moi de me disperser sur les réseaux sociaux désormais ringards, vulgaires et égotiques. Ainsi toi aussi tu t’en affranchiras, tu perdras moins de temps et tu n’offriras plus tes données personnelles à ces profiteurs. Je te rappelle que ta générosité ne doit s’exprimer que vis-à-vis de Maîtresse !

Désormais je ne veux plus de sale moineau entre toi et moi. Et c’est moi qui viens à toi en instaurant un rapport plus discret, plus confidentiel, moins superficiel entre nous. Et pour cela, j’ai installé un système de newsletter sur mon site. Pour t’y abonner, tu rentres ton pseudo et ton mail dans l’un des formulaires (en bas de page ou si tu es sur un ordi, en haut à droite de cet article.) Puis tu suis mes instructions, en 10 secondes c’est fait. 30 secondes pour les plus stupides. Ainsi grâce à ton abonnement à ma newsletter, via ta boite mail, tu ne rateras rien de mes activités, articles et nouveautés. Je compte t’en envoyer une à deux par mois. Alors abonne-toi, c’est gratuit ! Et même si tu en rêves, ce n’est pas toi le produit !

La publication a un commentaire

  1. jouet bertrand

    rester fidèle à vos écrits fidèle à votre esprit, et triste de ne plus vous lire sur twitter ou vous apportiez une couleur, un humour, une fraicheur….

Laisser un commentaire