Raphie : « Mes parties intimes ont été maltraitées avec sensualité, sérieux et savoir-faire. »

Dominatrice cbt torture sexe maso

Il n’avait jamais rencontré de dominatrice. À seulement 24 ans, Raphie m’a surprise par son imagination. Ça promet ! Cette jeunesse est vraiment dévoyée ! Non mais où va-t-on ? Face à ce constat, je n’avais plus qu’une alternative : profiter de la situation. Le soumissot raconte sa toute première session au cours de laquelle je lui ai coiffé le poteau.

J’écris à Maîtresse, captivé par sa beauté, son ouverture d’esprit et désireux de découvrir son visage, sans être sûr que Maîtresse donnera suite. Novice, je fais part de mes fantasmes et de mes désirs : le cbt (torture des parties génitales) sous forme de jeux pour le seul plaisir de Maîtresse. Je soumets à Maîtresse Gladys quelques idées de ma composition qu’elle pourrait intégrer à notre séance (baume du tigre, sauce piquante, sel…). 

Le jour même Maîtresse me répond favorablement et nous convenons d’un entretien téléphonique le lendemain. Lors de cet appel, la Dominatrice me fait part de son étonnement, « Du baume du Tigre ? De la sauce piquante ? Je n’ai jamais testé cela ! Encore moins sur un petit jeune ! Vous avez des idées bien tordues pour un débutant ! »  Outre son étonnement, Maîtresse ne parvient pas à cacher son enthousiasme de s’essayer à de nouvelles pratiques sur de la chair fraîche. La voix sensuelle de Gladys pousse le fantasme à son paroxysme et je m’empresse de prendre rendez-vous pour me soumettre à son plaisir.

Le jour de la séance, Maîtresse me fait monter dans son appartement. Je dois alors prendre une douche puis la séance commence. Gladys plus belle encore en vrai que sur les photos, fait preuve de tact avec moi, me propose de jouer au jeu du chapeau, plusieurs pratiques sur différents papiers à tirer, un peu comme une roue de l’infortune. Notre séance étant le fruit du hasard, la Dominatrice m’explique que ça la change de d’habitude, elle n’aura plus à s’inquiéter du déroulement de la séance et donc elle pourra se concentrer sur les pratiques elles-mêmes.

Premier papier : « vénération des pieds de Gladys. » Encore un peu tendu, je ne parviens pas à satisfaire Maîtresse. Elle ne m’en tient pas rigueur sur le moment, et décide de poursuivre la séance. Mais elle me met en garde : « je te ferai payer ton incompétence en exprimant mon sadisme plus tard. »

Les deux autres papiers sont « cbt » et « torture des tétons et cbt », Maîtresse a intégré toutes les pratiques que j’avais proposées, ce qui me remplit de joie. Mais peut-être que j’ai juste de la chance. Sur les autres papiers restés dans le chapeau, il y a peut-être des pratiques que déteste… Elle enduit mes testicules d’une huile extrêmement pimentée : « Je l’ai trouvé dans le quartier chinois, c’est ce qui se fait de plus fort » m’avertit-elle. Mais elle ne se gêne pas pour me faire subir des supplices bien à elle. Je suis surpris notamment par les mini pinces à cheveux. Une fois en avoir placées une dizaine sur mes testicules, Maîtresse s’amuse beaucoup à fouetter cet endroit avec un petit martinet. Très satisfaite et fière de son œuvre, elle prend même une photo souvenir.

Mon sexe est maltraité avec beaucoup de sensualité, de sérieux et de savoir-faire. Mes parties intimes sont toutes rouges et sensibles. Je suis au comble de l’orgasme, Maîtresse m’accorde alors la « spermission », l’autorisation de jouir.

Au cours de cette séance, je me suis découvert un penchant masochiste prononcé pour le plus grand plaisir de Gladys. Il va désormais me falloir explorer cette voie. Très satisfait de cette première expérience, je rentre finalement chez moi, des images et des sensations plein la tête.

Je tiens donc à vous remercier Maîtresse Gladys pour votre accueil, tact et écoute qui m’ont permis d’assouvir mes fantasmes, de me libérer et de découvrir votre univers BDSM.

En espérant vous avoir laissé un agréable souvenir

Raphie

La publication a un commentaire

  1. jouet bertrand

    et que vive la jeunesse qui ose, libéré des carcans, et vive les Maîtresses qui osent, qui écoutent et qui créent

Laisser un commentaire