Chiennette : « Pince après pince, je ne suis plus moi-même »

art dominatrice photo Bdsm
Amusement photographique autour de Chiennette

Je l’ai baptisé chiennette car ce beau quadragénaire possède un potentiel élevé d’abandon. Mais bon, il lui reste encore du chemin pour décrocher ses galons de lopette accomplie. Je l’avais reçu avant le reconfinement et chiennette s’est révélée être une sacrée lécheuse de talons aiguilles et surtout une petite masochiste en devenir. Du fond de sa niche, chiennette vous livre son ressenti.

C’est ma première séance avec une Dominatrice. Au moment d’arriver chez Maîtresse Gladys, je suis un peu stressé, inquiet, je ne suis plus sûr de moi-même (comme la veille au soir où vers 1 heure du matin je n’arrivais plus à dormir). Mais j’ai confirmé ma présence et ayant eu Maîtresse Gladys au téléphone je me vois mal lui faire faux bon.

Je passe mon coup de fil pour que Maîtresse m’indique les codes d’accès et là horreur ! je tombe sur une messagerie qui m’informe qu’elle n’est plus actualisée.

Assez rapidement je suis rappelé par ma Maîtresse qui me donne tous les renseignements pour atteindre le donjon de mes supplices.

Arrivé à la porte, une sublime et ravissante créature m’ouvre la porte… Ma Maitresse Gladys est là… Elle me demande de me mettre entièrement nu avant de me placer mon collier. Je ne peux qu’admirer son magnifique sourire ( je ne vous raconte pas mon état d’esprit nu devant une inconnue avec un collier au cou tenu en laisse).

Je ne vais pas vous raconter la suite…. à vous de vivre votre propre expérience de toute façon vous êtes en sécurité entre de bonnes mains……. mais n’hésitez pas à vous confier à Maîtresse Gladys car elle saura respecter vos limites et vous guider.

Je veux juste et je ne sais pas vraiment comment vous faire partager mon moment de lâcher prise.

DONC….

Attaché solidement à un véritable joug de bœuf (à ne pas confondre avec la joue de bœuf qu’on déguste dans le pot-au-feu), pinces aux seins et sur les bourses, je suis à genoux, mon membre tendu en contact direct avec les tibias (recouvert de bas) de ma Maitresse. Je ne pense qu’à m’insinuer pour pouvoir me faire jouir mais là………..elle décide de libérer mon sein gauche : Douleur et évasion ! Je ne suis plus présent puis pince après pince, je ne suis plus moi-même ou peut-être au contraire suis-je plus que jamais moi-même. Je vis l’instant présent sans penser à jouir. Je n’ai pas de mots pour vous décrire mon état, j’en ai encore là chair de poule.

La publication a un commentaire

  1. Jerry OX

    Merci pour ce troublant et excitant témoignage? Maitresse Gladys me parait etre un diamant dans un corps de femme . Mes respects madame .

Laisser un commentaire